Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants

Pour améliorer la protection, le retour volontaire et la réintégration des migrants le long de la route migratoire de la Méditerranée centrale en Afrique, l’Union européenne, par l'intermédiaire du Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique, et avec les contributions de l'Allemagne (48 millions d'euros) et de l'Italie (22 millions d'euros), a lancé en 2016 avec l’organisme des Nations Unies chargé des migrations (OIM), l’Initiative conjointe pour la protection et la réintégration des migrants en Afrique.

Vu que les chiffres enregistrés sur les cas de décès, d’exploitation et d’abus sur la route migratoire de la Méditerranée centrale ont atteint un niveau inégalé, le besoin de promouvoir une migration sûre et fondée sur des décisions éclairées, de protéger et d’assister les migrants le long des routes ou bloqués, ainsi que de les assister au retour volontaire et à la réintégration, devient plus urgent que jamais.

Cette initiative conjointe a été lancée pour renforcer la gestion des migrations et répondre à la nécessité urgente de protéger et de sauver la vie des migrants le long de la route migratoire de la Méditerranée centrale.

Elle comprend trois composantes régionales :

  • La composante Afrique de l’Ouest et du Centre : elle est mise en œuvre dans 13 pays (Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal et Gambie) à travers 14 actions spécifiques, dont une régionale. Elle veille à ce que le processus migratoire soit sûr, plus éclairé et mieux géré pour les migrants et leurs communautés d’accueil.
  • La composante Afrique du Nord mise en œuvre en Algérie, en Égypte, au Maroc et en Tunisie. Son objectif est de contribuer au renforcement des systèmes de protection et de réintégration durable des migrants en Afrique du Nord.
  • La composante Corne de l’Afrique est mise en œuvre en Djibouti, en Éthiopie, en Somalie et au Soudan. Elle cherche à renforcer la gestion de la migration dans la région, à lutter contre la traite et le trafic de migrants au sein et à partir de la Corne de l’Afrique. Sa priorité est de renforcer les droits des migrants et de mieux les protéger contre la violence, l’abus et l’exploitation. L’objectif général est de rendre facile et sûre la migration dans la région.

Les résultats escomptés de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la Protection et la Réintégration des Migrants sont indiqués dans le tableau suivant :

Résultats Activités
Le renforcement des systèmes de protection et d’assistance des migrants vulnérables et bloqués.   
  • La mise en place de mécanismes d’orientation et des activités d’orientation ou de renvois ;
  • La mise en place ou le renforcement des « centres de transit » ou des « centres de protection et d’assistance » ;
  • L’assistance immédiate des migrants (besoins primaires) ;
  • Le renforcement des capacités des gouvernements et/ou des acteurs locaux pour la protection et l’assistance aux migrants ;
L’assistance au retour humanitaire volontaire des migrants.
  • L’élaboration et la mise à jour de procédures opérationnelles standard pour le retour volontaire assisté ;
  • Le retour volontaire assisté ;
  • Le renforcement des capacités des gouvernements et/ou des acteurs de la mise en œuvre de programme de retour volontaire assisté. 
L’assistance à la réintégration durable des migrants
  • L’élaboration et la vulgarisation de procédures opérationnelles standard pour l’identification des besoins en matière d’assistance à la réintégration, la formulation et la mise en œuvre de plans de réintégration, de mécanismes d’orientation et le suivi de la réintégration ;
  • La cartographie et le profil socio-économique des zones de retour ;
  • L’assistance directe à l’arrivée ;
  • L’assistance à la réintégration ;
  • Le suivi et évaluation de l’impact de l’assistance à la réintégration ;
  • L’amélioration des politiques et des réponses des gouvernements et des parties prenantes grâce au renforcement des capacités techniques et opérationnelles des acteurs étatiques et non étatiques directement impliqués dans les activités de gestion ou de renvoi pour la réintégration.
L’assistance aux migrants et migrants potentiels à prendre des décisions éclairées concernant leur voyage migratoire et sensibiliser les communautés sur la migration à travers des actions de sensibilisation et d’information.
  • Des campagnes de sensibilisation et d’information régionales et nationales ciblant les communautés locales à fort potentiel migratoire.
L’amélioration des données sur les flux, les routes et les tendances migratoires, ainsi que les besoins et les vulnérabilités des migrants.
  • L’évaluation des zones de transit ;
  • Les points de suivi des flux (FMP) ;
  • Les enquêtes de suivi des mouvements (FMS) ;
  • La mise en place d’une base de données pour le retour volontaire et la réintégration ;
  • La collecte et la dissémination des données ;
  • Le renforcement des capacités techniques et opérationnelles des acteurs étatiques et non étatiques directement impliqués dans la gestion des statistiques sur la migration.

 

Pour plus d'informations sur l'Initiative conjointe pour la protection et la réintégration des migrants, rendez-vous sur www.migrationjointinitiative.org.