Sierra Leone

L’Organisation internationale pour les migrations a signé un accord de coopération avec le Gouvernement sierra-léonais en avril 2001, date depuis laquelle elle intervient dans le pays. Au lendemain de la guerre civile qui a duré 10 ans, l’OIM Sierra Leone, en partenariat avec les ministères compétents, s’est engagée dans des programmes axés sur la réintégration des réfugiés, le renforcement des capacités gouvernementales, la stabilité et la cohésion sociales, la lutte contre la traite, l’engagement de la diaspora, les réparations aux victimes de la guerre et les activités de formation aux moyens d’existence.

Octobre et novembre 2014. L’épidémie d’Ebola bat son plein avec plus de 500 cas par semaine. L’OIM a envoyé deux missions d’évaluation en Sierra Leone, à la demande du Directeur général et a lancé sa première opération « d’urgence sanitaire » de niveau 3 avec des activités d’intervention d’urgence Ebola en Sierra Leone, au Libéria et en Guinée.

Depuis le 20 juin 2015, la Sierra Leone se remet lentement de cette épidémie sans précédent de la maladie d’Ebola (EVD) qui a dévasté la population et a affaibli davantage son système de santé fragile par la perte malheureuse d’éminents médecins, l’affaiblissement de ses ressources et de ses infrastructures hospitalières de prévention et de contrôle des infections. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la Sierra Leone a enregistré le taux de transmission EVD le plus élevé au monde, avec plus de 12 706 cas confirmés et 3 908 décès au 24 mai 2015.

L’épidémie d’Ebola en Sierra Leone a eu des impacts directs et indirects sur l’efficacité des systèmes de santé des trois pays les plus touchés, mais surtout la Sierra Leone où les cas d’Ebola au sein du personnel de santé (304) et les décès (221) enregistrés à la date du 17 juin marquent une perte importante de ressources humaines précieuses et par conséquent une incapacité à fournir des soins de santé de base et primaires. Le décès de travailleurs de la santé expérimentés et de ceux qui ont soutenu l’administration du système de santé a entraîné un déficit excessif qu’il faut chercher à combler par « des années d’études, de formation et d’expérience ». Malgré les mesures de confinement et de contrôle de la communauté internationale face à l’épidémie du virus d’Ebola, accompagnées d’un appui aux prestations de soins spécialisés, de services de soins primaires et d’expertise en santé publique, le système de santé demeure encore fragile.

Depuis décembre 2014, date à laquelle l’OIM a repris la gestion de la « National Ebola Training Academy » du Ministère de la Défense du Royaume-Uni jusqu’à la fin juin 2015, l’OIM a rapidement intensifié ses activités en réponse à l’épidémie. En conséquence, la présence de son personnel sur le terrain est passée de 10 au début de l’intervention à environ 160 et elle s’est accrue en raison de l’expansion des opérations de santé et de gestion des frontières humanitaires.

L’OIM Sierra Leone a son siège à Freetown, avec 3 bureaux auxiliaires à Lungi, dans le district de Port Loko, le district de Kambia et le district de Bombali.

Title Download
West And Central Africa - Regional Mobility Mapping (October 2018) en
Assistance to Voluntary Humanitarian Return 2017/2018 en
Regional Policies and Response to Manage Pastoral Movements within the ECOWAS Region en
Guidelines for the Harmonization of Migration Data Management in the ECOWAS Region en