Mauritanie, un carrefour migratoire : 600 policiers et gendarmes formés pour une meilleure gestion des frontières

Published Date: 
Tue, 07/30/2019 - 00:30
Country: 
Mauritania

Nouhadibou – La ville de Nouadhibou, au Nord de la Mauritanie, présente toutes les caractéristiques d’un carrefour migratoire stratégique : elle incarne à la fois une ville frontalière, une place commerciale et un port d’exportation notable. Son poste de frontière « PK 55 », point de passage avec l’Afrique du Nord situé à 55km au nord de la ville de Nouadhibou, enregistre environ 400 passages quotidien dont certains sont opérés de manière irrégulière.

C’est à cet effet que l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Mauritanie déroule une série de formations ciblant les autorités mauritaniennes, en particulier les agents des postes-frontières dans le pays, afin de renforcer leurs capacités pour une meilleure gestion des flux migratoires dans le pays.

Du 15 au 22 juillet, 10 policiers, 13 gendarmes et deux douaniers des postes-frontières du PK 55, de l’aéroport de Nouadhibou, des ports autonomes et du port artisanal, et du poste frontière de Boulenoir situé à la frontière nord-ouest de la Mauritanie, ont participé à cette formation. Celle-ci portait essentiellement sur les procédures administratives et la détection de fraude et de faux documents, l’accueil et les droits des migrants, et la bonne gestion des frontières et de la migration.

Cette formation théorique s’est accompagnée d’un stage pratique, visant à améliorer la gestion de situations de crise, et la capacité d’intervention et de reconnaissance des victimes de traite.

« Un migrant n’est pas un délinquant, mais seulement un individu en quête d’une vie meilleure, il revient aux autorités de les traiter dignement », a souligné le lieutenant-colonel Ahmed Beibe Didi, commandant de compagnie de la gendarmerie nationale, participant à la formation.

A long terme, l’action de l’OIM vise une collaboration accrue entre gendarmes, policiers et douaniers au sein des postes-frontières. Cette formation de l’ensemble du personnel devrait permettre de centraliser l’accès à l’information, de coordonner les mesures d’intervention, et à terme, d’asseoir une action conjointe nécessaire à une gestion digne et efficace des frontières, dans le respect des droits des migrants.

Depuis 2010, l’OIM Mauritanie a construit 19 postes-frontières, en a équipé 31, et a assuré la formation de 600 personnels de la gendarmerie et de la police dans le domaine de la gestion de frontières. Ces formations ont été rendues possibles grâce au financement de l’Union européenne, à travers l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants en Mauritanie.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Laurent de Castelli ldecastelli@iom.int  +222 45 24 40 81