Migration irrégulière : un forum pour sensibiliser les étudiants de l’université Ouaga I

Published Date: 
Mon, 04/01/2019 - 08:00
Country: 
Burkina Faso

Ouagadougou – Pour la deuxième année consécutive, le Forum sur la migration irrégulière à l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo s’est tenu le 21 mars 2019, avec le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Burkina Faso Faso sur le financement de l'Union européenne.

Organisée par l’association estudiantine Jeune chambre internationale universitaire (JCI) Ouaga Soleil, le Forum vise à ouvrir le débat sur la migration irrégulière et à sensibiliser les jeunes et les étudiants sur les dangers et les alternatives à la migration irrégulière.

 « Lorsque nous voyons ce que certains jeunes dépensent pour aller vers un Eldorado incertain, nous nous disons qu’il faut les sensibiliser afin qu’ils sachent qu’ils peuvent investir et réussir au Burkina Faso. Et si malgré tout, il faut migrer, il faut le faire de façon régulière », confie Kassoum, le président exécutif de JCI Ouaga Soleil. « C’est pourquoi nous avons décidé d’organiser ce forum afin de sensibiliser nos camarades étudiants sur les dangers et les alternatives à la migration irrégulière », conclut-il.

« Nous devons avoir à l’esprit que si la migration est régulière, elle peut être une opportunité de développement pour le migrant, pour le pays qui l’accueille et toute sa communauté. Faite de façon irrégulière, elle comporte des dangers comme la traite des êtres humains et des abus de toutes sortes », a relevé le Secrétaire général du Ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, François d’Assise Yaméogo.

Pour les étudiants qui participaient au Forum, il est temps que les Etats africains s’engagent davantage dans  la situation migratoire actuelle. « Actuellement, beaucoup de jeunes veulent rejoindre l’Europe parce qu’ils n’ont pas de débouchés ici sur place. Si les Etats créent des conditions de réussite, cela résoudrait grandement le problème de la migration irrégulière », a soutenu Roger, étudiant en sociologie.

Le panel animé par Yolande Gnangao, chargée de projet à l’OIM au Burkina Faso sur le thème « Jeunesse et migration : quel apport de l’OIM pour des migrations sûres et ordonnées ? » a été suivi par la projection du film « Pawéré » qui traite des dangers et des alternatives à la migration irrégulière. Ce film a été réalisé dans la région du Centre-Est, par Cinéma numérique ambulant (CNA) avec la collaboration de l’OIM.

La nécessité de sensibiliser davantage les jeunes et les étudiants aux dangers et alternatives à la migration irrégulière au Burkina Faso est justifiée par les données de l’OIM qui estiment que les Burkinabès qui quittent leur pays ont un âge moyen 27 ans pour les hommes et 21 ans pour les femmes. Parmi les hommes, 11% ont déclaré avoir migré pour des raisons d’étude. 

Depuis le début de l’année 2019, l’OIM a entamé plusieurs activités de sensibilisation sur les dangers et les alternatives à la migration irrégulière dont la campagne #FasoNooma (« le Faso est doux ») menée dans les régions les plus touchées par la migration irrégulière au Burkina Faso. Ce sont notamment les régions du Centre-Est, le Centre, le Centre-Sud et les Hauts-Bassins et le Sahel.

La Délégation de l’Union européenne (DUE) au Burkina Faso, la Direction générale de l’économie et de la planification (DGEP), l’association le TOSCIN et le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), sont les autres structures ayant participé au débat lors ce forum.

La deuxième édition du Forum sur la migration irrégulière est soutenue par l’OIM dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative conjointe EU-OIM pour la protection et la réintégration des migrants, financée par le Fonds Fiduciaire de l’Union européenne pour l’Afrique.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Andreas de BOER à l’OIM Burkina Faso : E-mail : ADEBOER@iom.int, Tel : +226 74 93 81 28.