Migrations mixtes et protection des migrants : atelier de formation pour les acteurs de la société civile

Published Date: 
Tue, 04/16/2019 - 08:00
Country: 
Senegal

Dakar – Du 10 au 13 avril 2019, un atelier de renforcement des capacités de la société civile sur les migrations mixtes, les recrutements internationaux et la protection des migrants a été organisé conjointement par l’International Catholic Migration Commission (ICMC), l’ONG Diaspora Développement Education Migration (DIADEM) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Cette rencontre a permis d’une part de créer un cadre d’échange avec le gouvernement sur les nouveaux défis en matière de protection des migrants et d’autre part de travailler avec les acteurs de la société civile pour un plaidoyer efficace pour mieux défendre les besoins des populations migrantes et de leurs familles.

« La société civile a un rôle essentiel à jouer, non seulement pour informer sur les vulnérabilités des migrants constatées sur le terrain, mais aussi sur des solutions concrètes qui peuvent être adoptées. Cet atelier offre une bonne opportunité de travailler ensemble à des solutions concertées à l’échelle nationale et régionale, » explique Mme Agnès Bertrand, responsable du projet MADE Afrique de l’Ouest de l’ICMC. « Le partage des expériences et des bonnes pratiques sont un aspect essentiel pour un travail de plaidoyer efficace », continue Mme Bertrand.

Pour l’OIM, trouver des réponses adaptées aux défis posés par les migrations nécessite des partenariats innovants, tant avec les gouvernements d’Afrique de l’Ouest que la société civile. « Notre objectif est de pouvoir réfléchir ensemble sur la complexité des migrations mixtes. Les migrants ont des profils de plus en plus variés, et leur statut évolue souvent aussi rapidement que leurs besoins. Il est donc important de pouvoir travailler ensemble avec la société civile pour pouvoir faire une identification efficace des actions à prendre, et avoir les bons réflexes pour une protection optimale avec les gouvernements d’accueil, d’origine et de transit », justifie M. Bakary Doumbia, chef de mission de l’Organisation internationale pour les migrations au Sénégal.

M. Badara Ndiaye, Président de DIADEM à l’origine de cette rencontre, se félicite de cette collaboration qui permet aux experts et praticiens des différents pays de se rencontrer et de confronter leurs expériences, mais surtout de parler de phénomènes encore trop peu traités comme la féminisation des migrations dans l’Afrique de l’Ouest ou les risques liés aux recrutements irréguliers des travailleurs migrants.

Depuis 2015, plusieurs organisations de la société civile du Sénégal, Benin, Mali, Burkina Faso, Togo, de la Guinée, Mauritanie et de la Côte d’Ivoire se sont associées dans le cadre d’une plateforme MIGRAFRIQUE, qui vise à doter la société civile active dans le champ de la migration, du développement et des droits des migrants, d’un espace de dialogue de haut niveau visant à renforcer ses capacités institutionnelles.

Cet atelier a été rendu possible grâce aux financements de l’Union européenne et du Gouvernement du Royaume de Suède à travers le projet de Renforcement des Capacités sur les Migrations Mixtes mis en œuvre par l’OIM Sénégal.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :